Vous êtes ici : Accueil > Archives > Année 2008-2009 > L’atelier d’écriture > L’atelier d’écriture explore les cinq sens
Publié : 18 avril 2009
Format PDF {id_article}

L’atelier d’écriture explore les cinq sens

2 : Le goût

Découvrez les textes écrits à l’occasion du travail sur le goût !

Après le travail sur la vue et le toucher, les écrivains en herbe de l’atelier d’écriture se sont intéressés à un autre sens : le goût.

Pour amorcer le travail de rédaction et éveiller leur imaginaire, les élèves ont tiré au sort trois mots parmi une quizaine extraits d’un roman de Zola consacré en partie à la nourriture : Le ventre de Paris. Ils devaient ensuite inventer un texte (récit) dans lequel les trois mots tirés au sort apparaitraient.

Voici les mots proposés :

SALADES - LAITUES - EPINARDS - HARICOTS - POIS - CAROTTES - NAVETS - CHOUX FRISES - CHOUX ROUGES - OIGNONS - TOMATES - CONCOMBRES - AUBERGINES - RADIS

Les élèves ont fait des propositions pour le moins surprenantes !

La cuisine maléfique , par Kelly

Un jour, dans une cuisine où il se passait des choses étranges, un livre de cuisine apparut. Dedans ne figuraient que trois légumes, l’aubergine, l’épinard et la tomate. Quand j’allai visiter cette cuisine, je me sentis bizarre comme si un être spirituel errait dans ces murs. A chaque fois que je marchais dans cette pièce j’avais la sensation étrange que l’on me suivait. Des fois je me promenais et je pensais voir des meubles voler. Mais, un matin, alors que j’allai faire visiter cette cuisine à un de mes amis, nous vîmes le réfrigérateur voler. Nous prîmes peur et sortîmes de cet endroit au plus vite. Le jour suivant, j’allai me renseigner sur l’histoire de cette cuisine, on me dit que il y avait environ 70 ans, une petite fille de 5 ans jouait dans cette cuisine avec ses frères et sœurs, et à cause d’un accident elle tomba dans le four qui contenait le dîner (des aubergines, des épinards et des tomates). Il s’alluma et elle mourut. Les frère et sœurs allèrent prévenir leur parents mais il était trop tard. Ils enterrèrent leur fille dans leur jardin, depuis ce jour cette enfant hanterait la cuisine. La personne qui m’informa de cette malédiction me dit que le seul moyen de faire cesser cette malédiction était de remplacer le four où cette petite fille mourut. Je le fis et ces étranges phénomènes s’arrêtèrent.

Un navet réussi , par Thaïs

Le travail de ma sœur Zoé consiste à trouver des nouvelles pour les publier dans le journal « Du matin ». La dernière histoire se révèle être un navet plutôt spécial (Zoé était à court de nouvelles intéressantes) : c’est l’histoire d’amour de deux acteurs célèbres, une blondinette princière plutôt simplette : Carolane Z. et un prince presque charmant dont les films se résument à des BANG et des BOUM : Michaël E. Ils se sont rencontrés en mangeant dans un grand restaurant réputé pour ses haricots à la crème et son chou rouge au poivre. Ce restaurant se situe dans un quartier chic de New-York. En réalité, ni le restaurant ni ses spécialités n’ont jamais existé. Carolane et Michaël n’ont pas porté plainte car cette histoire les a fait se rencontrer… et vous devinez la suite.

J’adore les légumes , par Laurann

Adeline était une petite fille qui aimait les légumes alors tous les soir elle se faisait une salade. Ce soir-là, elle trouva sa salade pas assez assaisonnée, donc, elle alla dans son jardin prendre un oignon. Hum ! L’oignon avait donné du goût mais elle voulait plus de goût alors elle retourna dans son jardin chercher des carottes. Quand elle revint de son jardin, elle coupa les carottes en morceaux et les mit dans sa salade. Maintenant, sa salade d’oignon, de carottes et de salade avait beaucoup de goût : un vrai régal !

Un triste repas , par Adeline

Dans sa cuisine, une jeune femme qui s’appelait Louise prépara à manger pour ses deux enfants.
Ses enfants s’appelaient Laurann et Mélanie. Elle était institutrice, elle rentrait chez elle fatiguée. Elle voulait se coucher mais elle devait nourrir ses enfants qui avaient 13 ans et 14 ans. Louise préparait un menu simple pour Laurann et Mélanie

En entrée : concombres ou radis

Plat de résistance : des petits pois

Elle éplucha les concombres, mais elle se rendit compte que ses légumes étaient vivants.
Les concombres et les radis partirent ensemble en laissant seuls les petits pois.
Les légumes s’arrêtèrent sur le trottoir devant le passage piéton.

Ils traversèrent sans se rendre compte qu’il y avait un camion qui arrivait à toute vitesse, ils n’eurent pas le temps de s’enfuir. Ils se firent écraser et moururent sur le coup.
Les enfants n’eurent pas leur repas.

Les légumes de la mort , par Thaïs

Dans la cuisine de Madame Bubulle, il y a plein de légumes.

C’est peut être pour ça que le mort a été découvert recouvert de tâches de couleur : hier, dans la cuisine de madame Bubulle, il y a eu une énorme explosion et puis il y a eu le cri de Mme Bubulle :
« MES NAVETS ! »

Suivi de peu celui de M. Bubulle :
« MON CHOU ROUGE ! »

Et puis tous les deux :
« AAAAAAAHHHH !!!! UN MORT ! ».

Tout le village a accouru chez eux et on a aperçu un homme recouvert de haricots et de jus de carotte. Toute la cuisine est recouverte d’une fine couche de légumes étalés sur les murs. La gazinière a explosé et les aubergines qui étaient à l’intérieur aussi. Mme Bubulle avait déjà préparé le repas et la salade qu’elle avait faite est collée au plafond. Huit navets sont explosés contre les murs et des morceaux de choux-rouges donnent un air gore à la scène : ils sont collés au crâne du mort et ressemblent à du cerveau en morceau. Mme Bubulle s’est évanouie et M. Bubulle a l’air terrorisé.

Aujourd’hui on a tous mis la main à la pâte et on s’est arrangé pour calmer M. et Mme Bubulle choqués d’avoir vu leurs légumes écrabouillés de la sorte.